Blog

conserver UN BLOG EN 2022 ? partie 2

A quoi sert un blog ? Vous vous souvenez, le début de l’article se trouve ici.

A l’ère des smartphones et de notre réticence à supprimer les notifications de nos applications, pour ne rien manquer et réagir en une quart de seconde… quelle idée saugrenue que de conserver un blog ?!

C’est sur ces paroles que je vous avais laissé il y a peu de temps. Mais pour moi, c’est un peu comme si je vous demandais « à quoi sert un livre de nos jours » ? 😉

Le livre se justifie à lui seul : objet palpable qui n’a pas besoin de batterie pour être lu, consulté, surligné, archivé, corné, embrassé, qui n’a pas besoin d’abonnement pour être prêté, offert, distribué, et qui ne disparaitra pas si l’électricité elle, s’évapore.

Vous comprendrez ainsi que parmi mes rêves personnels, la publication d’un livre se pose là – mais en attendant… le blog.

Le blog a de nombreux avantages, comme des inconvénients, certes, mais en comparaison de nos réseaux sociaux, il résiste.

Outre le fait que le blog ne subisse pas la pénurie de papier, il possède l’avantage indéniable de m’être personnel. Comme mes tissages…

©Sagescommedesimages

J’y écris ce que je pense, je vous partage mon point de vue, mes pensées, il ressemble d’ailleurs un peu à un journal-de-bord-intime et ne peut donc ressembler à aucun autre blog, à aucun autre espace. Je n’ai donc à débattre avec personne de ce dont je souhaite partager ici.

Je peux écrire « couille » comme « nonobstant le fait que », c’est bien mon affaire (je me sens là comme dans Good Morning England, où les radios pirates n’osaient pas dire « fuck » à l’antenne. Dire que ce n’étaient que les années 60 !). Je peux m’élever contre le patriarcat ou Eric Zemmour, personne ne viendra dans mon bureau pour me faire la morale.

Ainsi, je poursuis l’écriture de ce blog car tout d’abord c’est mon espace personnel : je suis rédactrice-en-chef de ce lieu, je sais ce que je souhaite diffuser ici (plus ou moins) ici et j’en suis responsable.

Je décide du sujet, du point de vue, du rythme de publication, du format, des photos, si j’ajoute des vidéos ou pas, si je veux être optimiste ou pas, si je souhaite tout dévoiler ou pas.

Cet espace de liberté, dans un pays démocratique, est fondamental.

Cela dit, il s’agit plus d’une nécessité personnelle qu’un hobby : l’expression par les mots m’est tout aussi indispensable que mon travail sur le textile. M’exprimer en écrivant, me permet de construire ma pensée, de l’améliorer et d’avancer sur ces sujets.

Découpage et collage sur soie teintée au safran, fleur séchée ©CosyJungle

Plus le temps passe et plus cette démarche me semble importante. Je vois combien nous devons nous plier aux exigences d’entreprises privées, sur les réseaux parfois asso-ciaux qui peuvent malmener notre pensée.

Ne pensez pas que je crache dans la soupe, je m’explique et vous le constatez aisément : faire une pause des réseaux a du bon. Oui ? Nous cessons (enfin) de nous comparer à quel niveau que ce soit, retrouvant ainsi un équilibre bienvenue. Mais plus que cela, nous retrouvons une matérialité.

De mon point de vu d’entrepreneuse, bien qu’ayant supprimé mes notifications d’Instagram pour commencer un sevrage et un décrochage de cette addiction que j’ai moi-même contractée (!), ce réseau social reste mon premier moyen d’échanger avec vous et ma communauté d’une façon générale. Il m’est donc indispensable et il est un espace de liberté formidable ! Mais…

Vous le savez sans doute, Instagram table évidemment sur ses utilisateurs pour gagner son pain et « grossir », puisque lui aussi victime du syndrome du poisson Lune. Néanmoins, en 2021, il faut savoir que ce n’est pas Facebook/Méta qui a été le site le plus visité au monde, mais son désormais concurrent… Tiktok. Dont le feed n’est pas une succession d’images… mais de vidéos.

Dans la newsletter du 23 janvier, Aurélie Moulin, experte en marketing Instagram, nous rapporte que vraisemblablement, les « Réels » vont prendre de plus en plus d’ampleur sur l’application dans les mois à venir, que tout va être fait en somme, pour que ce format prenne de l’ampleur sur la plateforme. Autrement dit, les vidéos vont être encouragées et « promues », le reste passant plus ou moins à la trappe.

Je poursuis ce blog car je ne veux pas être assujettie d’avantage aux envies d’une entreprise privée. Je ne veux pas travailler gratuitement pour ses projets d’envergure à elle, simplement parce qu’elle veut concurrencer Tiktok 🙂 J’utilise déjà l’appli, n’est-ce pas suffisant… ?

Je l’utilise avec plaisir et vous savez évidemment que oui, cela encourage la créativité la multiplicité des formats, faire des vidéos peut d’ailleurs être un beau challenge quand on a des idées, des choses à montrer, à expliquer, un sens à porter, une cause à défendre !

Une parole vraie, une Histoire.

Mais l’algo d’Instagram poussant à rester « actif » et en compétition, il impose un rythme de publication. Une régularité. Ainsi, pour rester visible et « exister », il est vite facile de remplir les réels avec du vide « juste » pour tromper l’algo.

Et c’est bien dommage de se remplir de vide.

Dans la conférence de Ken Robinson, Enseigner est un art, que je vous recommande vivement, il explique combien les générations futures auront besoin de se reconnecter à la réalité. Au concret. Il y parle également de créativité, d’école démocratique, de notre regard sur l’enseignement, le handicap et c’est très enthousiasmant de comprendre que tout est déjà entre nos mains pour retrouver le SENS de notre futur ou de nos vies, en retrouvant une matérialité.

ici on ne se remplie PAS de vide, clairement !! Faire de ses mains pour exprimer notre intériorité…

A l’heure de la virtualité qui baigne notre quotidien, de Méta et son « métaverse », des développements et investissements entrepris sur les NTF, on se demande si tous ces business-men se rendent bien compte de ce qu’il se passe. L’un se prend pour le créateur de l’Oasis dans Ready Player One de Spielberg (issu d’un roman d’Ernest Cline, au demeurant), les autres se lancent frénétiquement dans les monnaies virtuelles.

Ont-ils bien conscience que tous ces investissements financiers faramineux disparaissent si on débranche simplement la prise ? Pouf, plus rien !

Le blog, évidemment, disparaitrait aussi. J’en serai aussi navrée, mais déjà, il ne me coute pas 100 000 dollars 😀

Pourquoi continuer me direz-vous ?

Dans un article d’octobre 2021 sur Presse Citron, Manon Carpentier nous rapporte que même Tim Cook, CEO de Apple, s’inquiète de la façon dont ces smartphone sont utilisés. Elle écrit, je la cite :

« il s’alarme du défilement sans fin de contenus sur les réseaux sociaux. Pour lui, “la technologie doit servir à l’humanité, et non l’inverse”. Une utilisation excessive des réseaux sociaux et le scroll infini de contenus qu’il qualifie de stupides nous enfoncent dans la négativité.

Quoique l’on pense du but commercial qu’aura sans doute Tim derrière cette réflexion, il n’en reste pas moins que même lui, objectivement, remarque que le scroll infini a peu de vertu… La consommation du vide, donc, ne nous élève pas (surprise ?), et pourtant nous y participons si nous nous laissons porter gentiment, si nous publions « pour l’algo ».

Mais nous avons l’opportunité de changer la donne, sur Instagram, comme ailleurs.

Ainsi, je souhaite conserver ce blog car, ose-je dire, j’espère qu’à travers les portraits que je vous fais découvrir, qu’à travers les articles et réflexions que je vous propose, qu’à travers ce cheminement personnel que je partage ici, cet espace pourra ouvrir vos horizons et vous remplir, non pas de vide, mais de perspectives, de découvertes, d’artisanat.

D’histoires, de chemins de traverses, d’imagination…

Constellation des portraits de créatrices réalisés depuis le début du blog !
Les voici, de haut en bas et de droite à gauche (vous pouvez cliquer sur chaque nom pour les découvrir) : Les Spirales d’Elise, La Roulotte Caravan Bar, Les Petits mondes, Lieu Dit, Woolala, Fougère Tralala, Aude Herrard, Milluccia, Atelier Solelh, Eleonore M, Place Boho, CosyJungle, Mordoree Etla, Estampapier, Gaëlle Joly

Car cet espace ne sera pas censuré parce que j’aurai posté une photo de femme allaitante ou une paire de seins.

Il ne disparaitra pas sous prétexte que j’aurai présenté le parcours de vie de telle ou telle personne, qu’elle soit cisgenre, transexuel.le, féministe ou simplement sincère avec elle-même.

Il perdurera.

Et à la lumière des événements en Ukraine ce jour, je ne peux que me rendre compte combien nous pouvons nous féliciter, en France, de pouvoir nous exprimer, nous moquer, rire, nous indigner, nous révolter, nous soutenir, nous encourager… librement.

Préservons cette chance, puisque s’en est une, autant que nous le pouvons et utilisons-la.

Alors à mon humble niveau, je continuerai. Pour apporter une réflexion, une perspective, pour vous donner envie de vous lancer, vous donner l’envie de créer, de vous affirmer, en découvrir d’avantage ou pour vous donner rendez-vous !

Bref, pour donner du Sens, que vous pourrez ainsi rapporter à votre propre vie…

A votre réalité.

Candice

ps : Faites-moi découvrir votre blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.