Blog

exposant marche noël ecoresponsable

Vivre le marché de noël la fabrique

Organiser un marché de Noël en temps qu’exposant a été une première dans ma vie. Je n’avais jamais vécu cette effervescence et c’est avec plaisir aujourd’hui que je vous partage les coulisses mais aussi mon retour sur cette expérience.

Une sélection et un engagement fort

Au vu du niveau d’exigence et de la qualité d’image de marque d’artisanat d’art que je souhaite développer, j’ai toujours une crainte à participer à des événements de ce type. J’avoue avoir peur de tomber avec des voisins relevant plus d’une foire que d’un marché d’art – ce n’est tout simplement pas le même public. Il m’est déjà arrivé de me méprendre, je suis désormais assez sélective.

J’ai donc été agréablement surprise quand Céline, de La Fabrique de Noël m’a contactée pour me proposer de participer à l’édition 2022 à Avignon, du 2 au 4 décembre 2022. « La fabrique » fait partie de la structure Et bien plus encore, organisatrice d’événement autour d’Avignon (84) qui a pour but de promouvoir l’artisanat local – oserais-je enfoncer le clou en indiquant « le vrai artisanat local« .

Céline et Morgan, les deux têtes pensantes de La Fabrique, sont portés par de véritables valeurs éco-responsables qui me sont chères. Ils concentrent leurs efforts et leurs attentions sur trois axes qui leur semblent prioritaires dans l’activité événementielle : le local, le savoir-faire et l’upcycling. Un programme qui ne pouvait que me convaincre (pourquoi ne fonctionnent-ils pas tous ainsi, d’ailleurs ?).

J’étais donc conquise.

Je ne connaissais pas ce marché et c’est le lieu qui m’a tout de suite plu : le cloître des Carmes. Cette vieille pierre qui accueille le festival d’Avignon tous les ans, au cœur de la ville : je me suis dis qu’avoir choisi un lieu avec autant de charme (et au sec) posait déjà un certain cadre qualitatif… Je n’ai pas été déçue.

La sélection des artisan.es que j’ai pu découvrir le jour J, était d’une grande diversité et qualité. Et donc, locaux : Avignon, Salon, Pernes les fontaines, Ardèch, Marseille, Arles…

Pas de made in china à la sauce provençale ici ! Comme on peut le voir malheureusement encore sur des marchés « de noël ».

Bons nombres de visiteur.ses ont bravé la pluie diluvienne pour venir nous rencontrer et certain.es m’ont confié.es être ravi.es car le marché était « très beau », superbe, quelle belle sélection ! ».

Je ne peux que les approuver, j’ai moi-même du résister pour ne pas restituer mon chiffre d’affaires chez mes collègues ! Que de beautés (dont je vous parle ci-après.)

marché de noel cloitre des carmes avignon
©MathildeChristienne
©MathildeChristienne

ma préparation du marché

Je n’avais donc jamais réalisé de marchés, encore moins sur trois jours ! #challenge Mais je savais que c’est une étape que je voulais vivre, un événement d’ampleur auquel je voulais participer.

Du vendredi midi au dimanche 19h, tenir le stand est finalement la partie la plus simple.

Car en amont il aura fallu :

  • Imaginer le stand
  • Récupérer le matériel nécessaire (table, nappe, lampes, guirlandes, chaises, caisses, diable)
  • Mettre en page les flyers et les faire livrer à temps
  • Repérer le trajet, le lieu de déballage, de parking (extra muros)
  • Imaginer ce que je souhaitais proposer
  • Préparer le stock (et dire que cette étape ne tient que sur une ligne…)
  • Préparer le transport du stock fragile et « hors-normes » comme mes cadres
  • Fabriquer les supports en bois pour en suspendre certaines
  • Prévoir de quoi les emballer
  • Prévoir le moyen de paiement par carte bleue et prévoir une petite caisse.
  • Prévoir de quoi manger/boire
  • Prévoir de quoi lutter contre le froid accessoirement.

A ce moment-là, il est difficile de se représenter l’énergie que cela sous-entend de déployer.

Ni les heures de sommeil perturbées (c’est la 1ere fois que je tisse de 3h à 5h du matin pour cause d’insomnie !).

Encore moins le temps de préparation pour être sûre que tout soit à la hauteur. Sans compter le fait que j’ai voulu ouvrir la boutique dans la foulée sur le shop et que j’avais du prévoir toutes les photos et les fiches produits en amont de ce week-end là. Même si j’étais fière de moi en terme d’organisation, j’aimerai retrouver un rythme de sommeil où je ne me réveille plus à 5h du matin 🙂

Une pensée sincère à celles et ceux qui font ça tout au long de l’année, par tous les temps… Il n’y a pas assez de bravos !

Le stand avec mes créations le 2e jour

C’est maintenant, quelques jours après la fin de ce bel événement, que je me rends compte de la CHANCE inimaginable que j’ai d’avoir ma famille auprès de moi.

L’artisanat est parfois une œuvre collective. Mais c’est aussi souvent une tâche solitaire, durant laquelle nous devons concevoir, créer, promouvoir, communiquer, compter – occupant ainsi tous les postes d’une entreprise classique, les 4 bras en moins.

Alors que c’est le collectif qui vient à nous, comme ma famille a pu être présente pour moi, c’est une marque de reconnaissance qui ne peut être comprise que si elle est vécue.

Merci pour cela, à toutes et tous <3

Finalisation de l’installation : ma sœur m’a accompagnée les 10h de la journée du samedi, joue les reporters le temps que j’installe le stand du jour 😉

Le jour des rencontres

Passé ces deux mois de préparation, le jour J est arrivé.

Organisation, départ à 11h30 pour arriver 1h après, tout déballer et c’est parti : emplacement n°19, le stand monté, les pièces installées et le thermos de thé chaud à portée de main.

Avant toute chose, j’ai été impressionnée par les visiteurs.ses qui ont affrontés la pluie, voire le déluge, pour venir nous rencontrer ! Beaucoup de courageuses, et courageux, de tous âges, qui se sont déplacées et qui n’ont pas taris d’éloge sur le stand, mais aussi sur le marché en lui-même.

« Nous venons pour vous soutenir« , je l’ai entendu et vu la météo, cela en dit long sur la bienveillance qui entoure cet événement (car nous avons eu un épisode de grêle aussi, court mais mémorable !) et je ne pensais pas que vous verrions autant de monde malgré ce temps. Le soleil nous a rejoint en fin de journée le dimanche, idéal pour redonner le sourire à tout le monde (nous ne sommes donc que peu de choses).

Les échos que j’ai eu de ce marché étaient à la hauteur de ce que j’ai pu constater sur ce premier week-end de décembre. J’ai fais de belles rencontres et je ne pourrai pas faire l’impasse sur les merveilles que j’ai pu découvrir à mon tour. Des talents, des univers, des merveilles, un futur fournisseur de mohair & alpaga, des beautés, de la poésie…

Aussi, je vous invite à les découvrir sans plus tarder :

Dédale Dedans, atelier de reliure impertinent et poétique – ma voisine et passionnante voyageuse avec qui j’ai beaucoup aimé discuter et refaire le monde (demandez-lui pourquoi elle s’appelle ainsi !) Ces carnets et autres albums photos qu’elle réalise entièrement à la main de A à Z sont des portes sur vos horizons intérieurs, et si vous aimez les jolis tissus, vous serez servi.es 🙂

©dédalededans

Ma belle étOile céramiste poétique, a un univers poétique à souhait ! J’ai craqué sur ces adorables arc-en-ciel et mon cœur a chaviré sur ces mini-champignons en bord d’assiettes… J’imagine déjà les petites biscuits à l’intérieur…

Mémoire des toiles qui confectionne dans du linge ancien toutes sortes de merveilles, propose des assortiments et décorations si douces… J’ai beaucoup aimé ! J’ai aussi flashé sur le travail de Roxanne Riou, qui est céramiste en Ardèche : dur de résister à ces beautés vous en conviendrez, et cette théière… (!!)

roxanne riou céramique ardèche

Oya Laura macramés et broderie, que j’ai pu enfin rencontrer ! Quel plaisir de mettre un visage sur un nom ^_^ J’ai pu rencontrer également Estelle Mona qui réalise des gravures et linogravures magnifiques à Pernes les Fontaines, toutes de bleu vêtues, un travail d’orfèvre.

Écume, savonnerie arlésienne, était présente ! Des odeurs incomparables et une démarche de qualité labellisée Nature & Progrès, que je vais pouvoir enfin tester à la maison. J’ai fait la rencontre de Marina, qui me connaissait (le monde est petit) qui a créé depuis Maison Caelata : elle est sculptrice sur bois et doreuse, et j’ai été fasciné par le travail et la finesse de ce qu’elle présentait ! Une belle rencontre 🙂

J’ai pu retrouver également Huit avril céramique, faïence vaporeuse que vous connaissiez déjà suite à la réalisation du coffret et du portrait de Solène, la fondatrice de la marque 😉

©CosyJungle
vase en céramique blanc et rouge
©Huitavril

Enfin, j’ai pu faire la connaissance de Bruno et de son entreprise Bergeronnette, un élevage de pelotes mohair et alpaga près d’Apt ! Une douceur et un engagement qui se retrouvera surement dans mes prochaines pièces 😉

J’en oublie forcément nous étions 50… et toustes très motivé.es malgré le froid et la pluie, grâce à l’équipe des lutins de Noël 😉

Je ne peux que vous encourager à visiter ce marché pour la prochaine édition 🙂

une expérience riche d’enseignements

Au final, pourquoi me lancer dans un marché, avec toutes les problématiques logistiques, de stock, d’énergie et préparations que cela implique ?

J’ai vu passer une vidéo sur instagram, dans laquelle une jeune femme annonçait que les créatrices n’avaient qu’à ouvrir un eshop plutôt que de faire les marchés. Le ton de la vidéo était un peu provocant, mais en somme, il est vrai qu’avec l’essor des ventes sur internet, on peut se poser la question.

L’emplacement à un coût, comme dans tous marchés, il y a en plus une notion de rentabilité qui entre dans l’équation quand on se déplace !

Alors pourquoi me lancer alors que j’ai une boutique en ligne, une communauté installée et « le monde » à portée de main ?

Pour l’humain bien sûr.

Étant seule et souvent face à un écran pour échanger avec les personnes qui suivent mon travail, les réactions que j’ai pu observer face à mes pièces valent le déplacement !

Merci à ©Mathilde Christienne pour ses belles photos !

Cela m’a permit de comprendre un peu plus mes clientes, d’apprécier leur remarques tout comme leurs inquiétudes au fur et à mesure que je faisais évoluer le stand.

J’ai énormément appris !

J’ai reçu beaucoup de compliment qui m’ont énormément touchée :

Oh, c’est la première fois que je vois ça (celui-ci est une petite fierté personnelle)

C’est si original

Oh, que c’est beau

Oh lala, c’est si doux !

Mais quel plaisir à entendre ! Les deux derniers ont été légions et je peux vous dire que lorsqu’on est derrière son ordinateur, ça fait du bien à attendre 🙂

Cela rassure… et ça fait toujours plaisir de constater que mon univers plait.

Cette étoile blanche a fait des envieux ! Elle est en précommande sur le site juste ici

Pour vous, c’est aussi l’occasion de voir les pièces en vrai, d’en comparer les dimensions, les textures… Ou de pouvoir constater la douceur MAGNIFIQUE du mérinos d’Arles. Une « attraction » qui en a séduit plus d’une car OUI c’est la laine la plus fine et douce au monde 😉

Personnellement aussi, j’ai aimé être là pour les rencontres, les découvertes que j’ai pu faire et les collaborations que je peux imaginer avec ces artisan.es qui sont près de chez moi.

Ce qui m’a sans doute le plus été utile c’est de pouvoir récolter les craintes liées à mes pièces : c’est salissant, comment ça se nettoie, ça doit prendre la poussière non ?

J’ai du répéter 20fois que je n’avais jamais nettoyé mes tissages en 6 ans ! ^^’ J’ai beaucoup à informer à ce niveau-là !

Enfin, beaucoup de pédagogie pour simplement faire connaitre le tissage : « oh des attrapes rêves! » a été une remarque récurrentes chez les enfants par exemple, voir chez les plus grands.

Dès le 2e jour je démarrais donc mon contact avec cette phrase « je vous fais découvrir le tissage messieursdames ? » 😉

J’ai pu présenter mon travail en anglais à deux jeunes femmes en vacances à Avignon, les mots « techniques » sont venus tout seul pour expliquer le tissage, les matières et c’est aussi un soulagement. De se savoir à l’aise – et pas trop hasardeuse dans la langue de Shakespeare.

Bonnet, écharpe, moonboots et vêtements techniques de rigueur pour tenir contre le froid sans trop bouger de la journée… !

C’était une expérience incroyable qui peut sembler triviale pour de nombreux artisans qui font ça tous les week-ends ou tout le mois de décembre ! Je comprends d’autant plus les motivations à venir à la rencontre du public qui est une chance incroyable.

Les bénéfices de ces trois jours vont s’infuser sur des mois chez Cosy Jungle !

Alors, vous irez à Avignon l’an prochain ? 😉

Candice

6 Comments

  • Soonia

    C’est trop loin Avignon. Mais waouh ! J’aurais pu y faire la totalité de mes cadeaux de Noël !
    Il faut vraiment que je creuse pour savoir si ça existe un marché de ce genre vers chez moi.

    • cosyjungle

      Oh oui c’était une très belle occasion de faire tous ces cadeaux de Noël, il y en avait pour tous les budgets ! C’est génial d’y participer et aussi d’y aller comme visiteur, si tu as l’opportunité d’en trouver, je te le recommande 🙂 Merci Sonia 😉

  • Marie

    J’y étais !! un grand moment de plaisir de voir un VRAI marché de Noël, exigeant sur ses exposants.Bon, c’est dur pour la carte bancaire car il n’y avait que de belles choses. J’ai fini par m’offrir un châle/écharpe tout doux vendu par deux grands gars ultra sympathiques, et un très joli tissage rond de Candice blanc cassé, avec des pampilles en terre cuite.=. On dirait un gros nuage tout doux qui simulerait une pluie faite de demi gouttes ! de la poésie quoi !!! le châle a fini autour de mon cou et le tissage dans ma chambre sur un mur qui n’attendait qu’un peu de légèreté et de poésie ! au plaisir d’une prochaine occasion de cette qualité !

    • cosyjungle

      C’est vrai que c’était un « vrai » marché de Noël artisanal, loin des made in china qui clignotent en tout sens ! Encore dix mille mercis d’être venus me voir !! 😀 <3

  • Marina (Maison Caelata)

    Très bel article Candice, qui reflète exactement ma pensée également ! L’expérience de la rencontre avec notre clientèle, les gens « en vrai » que ce soit côté créateurs ou côté visiteurs est incomparable à ce qu’on vit le reste de l’année avec la vente en ligne et les réseaux sociaux.
    Certes, la préparation, et le rythme des marchés de Noël sont durs, les conditions météo font qu’on fatigue très vite… mais quel bonheur que ces échanges !! (Surtout sur un événement de si belle qualité avec une sélection si recherchée).
    Ravie encore une fois de t’avoir rencontrée et peut-être à l’an prochain 😉

    • cosyjungle

      Tu as tout à fait raison Marina ! Ces échanges valent toutes cette énergie !! Ravie également d’avoir découvert ton magnifique travail du bois, des merveilles !! A bientôt sur le blog peut-être ? 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.