Blog

A la rencontre du Mérinos d’Arles (mais pas que…)

Des hasards heureux, il y en a parfois – quant à savoir si ce sont vraiment des hasards, c’est un autre débat 😉

Nous avons le plaisir de vivre dans les champs et depuis quelque semaines, de voir les moutons paître dans celui d’en face. Dans le 1er champ, se trouvent les béliers. De beaux gaillards, costauds, aux cornes assez incroyables – et redoutables.

Un soir que nous sortions faire du vélo avec les enfants (« soir » : entre 16h20 et 18h donc #couvrefeucovid), nous voyons le berger sélectionner 3 bestiaux et les faire grimper dans sa camionnette. Je dois dire que savoir attraper un bélier avec des cornes de 50cm, par la patte arrière, puis maitriser finger in the nose ce qui semble peser bien 80kg, je dis respect… Nous restons donc 20 bonnes minutes, subjugués par cette dextérité en se demandant ce que vont devenir les heureux élus.

Nos chers voisins

J’arrête le berger au passage pour lui demander s’il ne vendait pas de la laine par hasard… Vous imaginez, tisser avec la laine du champ d’en FACE ?! J’en ai des guilis dans le ventre rien que de penser à ce circuit ultra court… Je lui explique ma démarche, puis nous discutons.

Je note précieusement la Filature où le berger dépose sa laine, et il répond gentiment aux avides questions de ma fille qui veut être rassurée sur le fait que ces belles bêtes ne vont pas passer à trépas d’ici peu… Les heureux élus sont en fait une race très ancienne de bêtes Mérinos, à la laine légèrement foncée… Ils vont avoir le privilège de concourir à l’occasion de l’exposition de bêtes de la foire de la St Valentin à St Martin de Crau. Je découvre ainsi que la Saint-Valentin est une date clé du cycle de la transhumance ! En effet, à l’automne, les moutons descendent des Alpages et pâturent dans les prairies jusqu’au 14 février. C’est également la période propice à l’agnelage (époque où la brebis met bas) et cette foire est l’occasion pour les professionnels d’acquérir des reproducteurs Mérinos et les plus beaux ovins de l’Est de la France – Corse y compris – avant que tout le monde ne « remonte » au frais.

Ni une ni deux, c’est avec les enfants que nous arrivons le jour J. à St Martin de Crau à 20min de la maison – une chance, clairement, d’être si près ! Je savoure ce moment de prise de conscience d’avoir la possibilité de faire partie d’une chaîne vertueuse de consommation…  De faire les efforts nécessaires pour y parvenir en tout cas, tout en embarquant mes enfants avec moi – qui, entre nous soit dit, sont surexcités depuis qu’ils ont entendus « laine » « exposition » et « mouton » ! En cette période covidée, la moindre sortie est une petite fête, vous en conviendrez… Nous voilà donc dans la place !

Nous découvrons l’exposition de bêtes sous la halle et nous retrouvons avec le plaisir non dissimulé des enfants, « nos » béliers !

Le berger, Pascal Faudon, a d’ailleurs reçu le 3e prix pour certains d’entre eux : une sorte de petite fierté s’installe, comme si nous étions responsables de cette distinction, comme si nous faisions partie « du cercle » 😉 Les enfants en tout cas ne savent plus où regarder. Nous découvrons des races de bêtes bien différentes par leur laine, leur museau, leur physionomie…

Brebis par-ci, Béliers par-là, moutons à tous les étages, sans oublier les beaux et si apaisants véritables ânes provençaux, qui sont également de la partie. Est-il possible d’être plus paisibles qu’eux ?

Un arrêt incontrôlable est fait au niveau des chevreaux… Ils sont terriblement attachants, férocement mignons et diaboliquement irrésistibles !! Si j’écoute ma fille, nous repartons avec 2 de ces adorables bébés animaux, mais bon… Les chats et les poules suffisent… La raison l’emporte au bout d’une négociation acharnée !

Nous passons à l’exposition des engins agricoles – mon fils est en transe, à 3 ans, il vit « tracteur », ceux qui savent, savent ! – et arrivons enfin sur le marché des producteurs. Je trouve des graines pour mes zones de Bzzz dans le potager, mais surtout… surtout… LE Mérinos !

Nuage de laine Mérinos si doux…

Celui pour lequel j’espérais trouver quelques pelotes sur place, je rencontre Jennifer et découvre avec grande joie, que c’est elle qui produit le Mérinos que j‘avais déjà eu l’occasion d’acheter à Arles !

Echeveaux, Laine mèche, mérinos peigné… Je suis vraiment RAVIE de rencontrer enfin celle qui fabrique la laine que je glisse dans mes pièces depuis des années ! Ravie de découvrir cette laine mèche douce à tomber, de discuter, d’échanger… et de repartir bien sûr avec mes écheveaux et ses coordonnées 🙂

Je n’avais jamais eu l’occasion de manipuler la laine mèche mérinos de Jennifer, c’est d’une douceur incroyable… Je suis vraiment heureuse d’avoir pu la rencontrer, ce n’est pas tous les jours que je peux discuter avec un fournisseur en chair et en os !

Nous sommes au mois de mars, vous aurez donc compris que j’ai écris cet article il y a une quinzaine de jours. Depuis de temps, j’ai eu le plaisir de recevoir la laine mèche pour mes commandes à venir, et j’ai retrouvé cette douceur, cette finesse que je n’avais pas rencontré jusqu’à présent….

Nos petits amis eux, ont changés de champs, ils ont même débarqués un jour dans le jardin, à ma grande surprise vous imaginez ! Ils vont bientôt aller brouter tranquillement ailleurs pour laisser le temps au bon foin de Crau de pousser, mais nous les retrouverons l’an prochain avec plaisir… dans le champ d’en face 🙂

D’ici  là, j’aurai désormais le bonheur de penser à cette journée et à ces brebis & béliers quand j’aurai leur laine entre mes mains, soit l’assurance d’un circuit court pour cette laine incroyable (et de renommée mondiale, s’il vous plait !)

6 Comments

  • Michèle Aubert

    Quel beau texte ! J ai pris bcp de plaisir à le lire et j ai appris plein de choses 👏👏👏

  • Isabelle

    Quelle belle histoire, quel bonheur cela doit être de tisser avec cette laine.

    • cosyjungle

      C’est formidable j’avoue, d’avoir ce matériau entre les mains si beau et si doux – et d’en connaitre l’origine et la productrice !

  • Estampapier

    Ravie de découvrir cette très belle histoire de la laine que tu utilises.
    La belle plume enlevée ajoute du charme à l’écriture, les photos sont toujours aussi belles.
    Merci de nous faire partager cette escapade que j’imagine très odorante!….

    • cosyjungle

      Ah ah oui tu as raison Astrid, le masque n’aura pas empêché de profiter du fumet de tous les participants au concours ! C’était une bien belle journée… aux multiples rencontres 🙂 Merci encore une fois pour tes mots !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.