Blog

comment je suis devenue artisan d’art

Lorsque la Chambre d’artisanat de PACA m’a confirmé que je pouvais faire partie de cette liste, j’ai été extrêmement touchée, surexcitée, bref… heureuse. On peut même parler de fierté ! Je voulais partager ceci avec vous et en profiter pour revenir sur nos discutions intéressantes sur instagram. Nous avions évoqué ceci :

quelle différence entre un artisan et un artiste ?

Il y a quelques mois, j’ai voulu échanger avec vous sur ces notions notions d’artisanat et d’artiste qui m’interrogeaient personnellement.

J’ai lancé un sondage sur Instagram pour comprendre de quelle façon vous voyiez la différence entre les deux.

Pour ma part, j’ai longtemps hésité, ne sachant vraiment comment me définir, ni comment me présenter au monde.

Voilà 6 ans que j’applique un savoir-faire, que j’ai appris en autodidacte, j’aime à m’exprimer à travers mes réalisations, mais je les commercialise aussi et du succès de leur vente dépend ma possibilité à continuer cette activité.

L’art se monétise-t-il systématiquement ? Dois-je tomber « forcément » dans une démarcher mercantile affirmée ? Bref, équilibre insoluble digne d’un bac philo…

Alors vos avis étaient forts intéressants pour me permettre d’avancer.

C’était tout à fait passionnant de vous lire et ainsi de découvrir votre façon d’approcher ces univers ! Je vous partage quelques retours rapides :

  • “Artiste processus plus créatif, artisan savoir faire plus manuel.
  • “Artiste appelle une part d’émotion que n’implique pas les réalisations de l’artisan
  • “Artiste créé quelque chose d’unique, qu’il ne peut pas reproduire artisan peut reproduire.
  • “L’artiste s’appuie sur sa créativité l’artisan sur sa technique
  • “L’artisan fabrique des objets de ses mains, artiste fabrique pour nos yeux
  • “Artiste ne cherche pas la fonctionnalité du produit. Artisan fabrique un objet utile et beau.
  • “Artisan : prestations de services vs artiste, bcp plus libre

J’ai fais une sélection des retours plus détaillés car le sujet vous a beaucoup intéressé !

  • “Hmmm dans l’inconscient j’aurais tendance à dire qu’on appelle artisan celui qui réalise des pièces utiles, avec une part de création mais le plus gros du travail consiste à reproduire en plusieurs exemplaires la pièce imaginée. Un artiste quand à lui sera plus dans la démarche créative et conceptuelle, dans la réalisation de modèle unique. En opposition à l’artisan, il crée des d’œuvres d’art (souvent considérées comme non utiles)
  • “Vaste question, d’autant que la frontière entre les deux est parfois ténue. J’ai envie de dire que l’artisan perpétue souvent un savoir-faire traditionnel avec des outils spécifiques. Pour cela, il peut suivre un long apprentissage. L’artiste a peut-être une pratique plus abstraite, plus free-style… La démarche me semble différente, mais encore une fois, la séparation entre les deux est assez floue…
  • « Pour moi un artiste crée une œuvre d’art. Qui ne sert à rien d’autre qu’être une œuvre d’art. Alors que l’artisan créé un objet qui va être utile à quelque chose. Le summum est quand un artisan est aussi un artiste.

Ici commence à émerger les notions d’intention, de “démarche”… J’ai beaucoup aimé la dernière remarque, qui veut cumuler les deux, ça me parlait beaucoup… Mais globalement, on constate que c’est peu évident et pas si facile à définir pour tout le monde.

artisan et artiste : une dualité

Pour trancher, je m’en remets à ce bon Wikipédia pour synthétiser les propos reçus :

L’artisanat en France rassemble les pratiques traditionnelles et le savoir-faire inhérent à l’exercice d’un métier.”

On voit bien ici qu’il y a une notion de métier – cela sous-entend souvent l’obtention d’un diplôme en France, ce qui n’est pas le cas dans les pays anglo-saxons par exemple, qui sont plus souples sur le sujet – mais également d’application d’un savoir-faire, de pratiques : des sujets que vous avez identifiés et qui font partie intégrante de mon quotidien.

L’artiste dans tout ça ?

Un artiste est un individu faisant (une) œuvre, cultivant ou maîtrisant un art, un savoir, une technique, et dont on remarque entre autres la créativité, la poésie, l’originalité de sa production, de ses actes, de ses gestes. Ses œuvres sont source d’émotions, de sentiments, de réflexion, de spiritualité ou de transcendance.« 

Le mot est posé : émotion. Voire sentiment. Pire : transcendance 😉

Les deux me parlent.

Les deux m’appellent.

Et c’est après un moment de réflexion que j’ai enfin compris : je ne serai jamais que l’une ou que l’autre.

Il m’est difficile de m’enfermer dans une case : j’applique un savoir-faire, une technique et je réalise des œuvres en conscience, avec mes émotions, mes sentiments et en effet, une dose de spiritualité qui s’imprègne de moi quand je suis en état de flow.

Et oui, je vends ce que je conçois.

Par ailleurs, la notion de dualité que j’exprime à travers mes tissages en raphia (comme celui-ci) n’est que le reflet d’un sentiment profond et personnel qui se développe chez moi depuis quelques années.

Ce double concept à intégrer ne m’était donc pas si étranger…

J’en ai même été soulagée : il y avait là une forme de cohérence dans mon parcours, un « signe » qui m’a rassurée…

©cosyjungle

L’artisanat d’art s’est imposé

C’est ainsi que j’ai contacté la Chambre de Commerce et d’Artisanat dont je dépends.

Pour me frayer un chemin dans l’alternative.

Si je reprends Wikipédia, vous découvrirez que :

« L’artisanat d’art est un groupe professionnel reconnu par la chambre de Métiers et de l’Artisanat. L’artisan en métier d’art (selon les termes du Décret n° 2017-861 du 9 mai 2017 relatif à la qualification artisanale et au répertoire des métiers) relève de la liste officielle de métiers d’art (liste des 217 métiers d’art).

Il ne s’agit pas d’un statut juridique à part entière ni d’une activité proprement dite, mais d’une reconnaissance professionnelle ».

J’ai été très heureuse de recevoir Magali – représentante de la Chambre de Commerce et d’Artisanat – de lui faire visiter l’atelier et de discuter avec elle de mon engagement, de mes fournisseurs, de ma démarche éco-responsable évidemment, de mes perspectives d’avenir et de mon évolution professionnelle. Ainsi que de mes tarifs, ma façon de travailler au quotidien et enfin, des partenariats que je pouvais lier dans l’avenir.

Et quelques jours après j’ai eu sa confirmation que OUI, ça y était : j’étais désormais enregistrée sur « la liste » !

Il s’agit un véritable gage de confiance pour moi.

Mais également l’attestation d’un travail et d’un engagement à taille humaine.

Cela reflète un savoir-faire et un savoir-être que je veux incarner pleinement.

Ce logo, qui accompagnera désormais vos tissages, viendra confirmer le travail artistique ET artisanal de la pièce d’exception que vous suspendrez chez vous.

Ce qui m’a le plus touchée suite à tous ces échanges ?

J’ai appris que 65 à 70% des artisans d’art étaient… des reconversions.

De quoi clouer le bec à mon syndrome de l’imposteur et avancer encore plus sereinement sur ce chemin de l’artisanat… d’art 🙂

Qu’en pensez-vous ? Avez-vous appris des choses avec cet article ?

A bientôt,

Candice

2 Comments

  • Élisabeth Le Palud

    Passionnant !!! Quelle écriture ! Très instructif pour moi aussi …je me retrouve dans ton approche !
    Merci et encore félicitations !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.